Wednesday, April 4, 2012

Rwanda: the opponents are mobilizing

As Rwanda begins its week of mourning in memory of 18th anniversary of the genocide,the exiled opposition, highly dispersed, tried to close ranks and overcome divisions between Hutu and Tutsi.

A week after a press conference in Brussels conducted jointly by the parties and PS-Imberakuri PDP-Imanzi (Deo Mushayidi its president, a Tutsi who lived in Belgium, just scoop of life in prison in Kigali), two other movements common cause: the UDF of Ingabire, also imprisoned, and Rwanda National Congress led by four former close to President Kagame.

At a meeting jointly held March 31 under police protection in Ixelles, Theogene Rudasingwa, former secretary general of the RPF (the ruling), compared the current situation to that prevailing before the Hutu revolution of 1959, equating to Kagame a”Tutsi king” that excludes the majority of the population. He was also accused of ordering the assassination of his predecessor, but also that of Laurent Kabila in Congo in 2001.

For its part, the Rwandan Embassy in Brussels is organizing this April 7 a day of remembrance under the theme “Let us learn from our history to shape a bright future.”To see the various recoveries of remembrance, not everyone has a different conception of history in Rwanda, nor its future, even if Rudasingwa finally acknowledged that “not everything was bad in the RPF” .

Edited by Rwema Francis

Rwanda : les opposants se mobilisent
Mercredi, 04 avril 2012

Source: http://www.levif.be

Alors que le Rwanda entame sa semaine de deuil en mémoire du 18e anniversaire du génocide, l’opposition en exil, très dispersée, tente de serrer les rangs et de dépasser les clivages entre Hutu et Tutsi.

© IMAGEGLOBE
Une semaine après une conférence de presse menée conjointement à Bruxelles par les partis PS-Imberakuri et PDP-Imanzi (son président Deo Mushayidi, un Tutsi qui vivait en Belgique, vient d’écoper de la prison à vie à Kigali), deux autres mouvements font cause commune : le FDU de Victoire Ingabire, également incarcérée, et le Rwanda National Congres, animé par quatre ex-proches du président Kagame.
Lors d’un meeting commun tenu le 31 mars sous protection policière à Ixelles, Théogène Rudasingwa, ancien secrétaire général du FPR (le parti au pouvoir), a comparé la situation actuelle à celle qui prévalait avant la révolution hutu de 1959, assimilant Kagame à un « roi tutsi » qui exclut la majorité de la population. Il l’a en outre accusé d’avoir commandité l’assassinat de son prédécesseur, mais aussi celui de Laurent-Désiré Kabila au Congo en 2001.
De son côté, l’ambassade rwandaise à Bruxelles organise ce 7 avril une journée du souvenir sous le thème «Apprenons de notre Histoire pour façonner un avenir brillant». A voir les diverses récupérations de la commémoration, tout le monde n’a pas la même conception de l’histoire au Rwanda, ni de son avenir, même si Rudasingwa a finalement reconnu que « tout n’était pas mauvais au sein du FPR ».
F.J.O.

Rwanda: les deux principaux partis d'opposition tiennent débat à Bruxelles


Source: Agence Belga

(Belga) Les deux principaux partis d'opposition rwandais, le Congrès national rwandais (CNR), animé par d'ex-compagnons d'armes du président Paul Kagame, et les Forces démocratiques unifiées (FDU-Inkingi), ont décidé de conjuguer les efforts afin d'"oeuvrer pour le retour et l'instauration d'une démocratie authentique au Rwanda", ont-ils indiqué mercredi.
Ces deux partis ont organisé samedi à Bruxelles conjointement une conférence-débat dirigée par le Dr Nkiko Nsengimana et le Dr Rudasingwa Théogène, coordinateurs respectivement des FDU-Inkingi et du Rwanda National Congress (RNC, en français CNR), qui a rassemblé plus de 200 personnes, ont-ils indiqué dans un communiqué commun adressé à l'agence BELGA. 

Selon ces partis, cette conférence a "montré encore une fois la détermination des deux formations politiques à œuvrer pour le retour et l'instauration d'une démocratie authentique au Rwanda et dans les meilleurs délais, pour abréger les souffrances des populations rwandaises sous le joug de la dictature". 

Les FDU sont dirigées par Victoire Ingabire Umuhoza, une responsable politique hutue jugée à Kigali notamment pour complicité de terrorisme et accusée de liens avec les rebelles exilés en République démocratique du Congo (RDC) des Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), impliquées dans le génocide de 1994. 

Selon le communiqué, "le combat pour le retour au pays est un combat pour tous. Il exige les efforts de tout un chacun pour se débarrasser du régime dictatorial en place au Rwanda". Les participants ont souligné, à l'adresse de tous les bailleurs de fonds de Kigali, que pour garantir une transition pacifique, il était primordial que Mme Ingabire et d'autres leaders politiques soient libérés et que l'Etat accorde une liberté d'action aux partis politiques. 

"Les pays étrangers ont été invités à condamner les tentatives de rapatriement forcé des réfugiés rwandais. Ils ne doivent jamais faire suite aux demandes d'extradition émanant de la pseudo-justice rwandaise".(MUA)

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home