Saturday, December 14, 2013

Rwanda : Mme Victoire Ingabire incarnera toujours notre lutte démocratique

Par Dr. Emmanuel MWISENEZA
FDU-Inkingi
Commissaire à l’Information et à la Communication
Bruxelles, le 13 décembre 2013

Chers compatriotes, chers amis du Rwanda, vous tous épris de paix, de liberté et de démocratie,
Le verdict vient de tomber et il est implacable. En effet notre Présidente, Mme Victoire Ingabire Umuhoza, vient d’écoper injustement d’une peine d’emprisonnement de 15 ans. Ce verdict de la Cour Suprême vient aggraver le premier jugement rendu par la Haute Cour en date du 30 octobre 2012.
Nos premiers mots vont à notre Présidente, Mme Victoire Ingabire Umuhoza à qui nous témoignons de notre soutien indéfectible et assurons de continuer le combat qu’elle a initié jusqu’à la conquête totale de nos droits et libertés et à la libération totale du peuple rwandais du joug dictatorial sous le quel il croupit depuis bientôt deux décennies. Nos mots vont aussi à la famille de la prisonnière, qui a consenti à tant de sacrifices dans l’intérêt du peuple rwandais et qui aujourd’hui se trouve privée d’une mère ou d’une épouse.
Enfin, nos mots s’adressent à tous les membres des FDU-Inkingi ainsi qu’à tous les démocrates de quelque bord qu’ils soient, pour leur dire : ne vous découragez pas, c’est maintenant que le combat commence. Rien ne peut arrêter l’aspiration d’un peuple à la liberté et à la démocratie. Partout où les régimes dictatoriaux ont essayé d’empêcher le peuple d’accéder à son aspiration profonde, ils ont échoué. Certes, souvent il a fallu des hommes et des femmes d’un courage exceptionnel pour arriver à faire plier ces régimes. Victoire Ingabire en fait partie.
Rappelons que la décision des FDU-Inkingi d’aller faire la politique au Rwanda, a été prise après avoir passé en revue toutes les options possibles pour rétablir un régime démocratique au Rwanda face à un régime dictatorial et que l’option pacifique choisie nous semblait être la meilleure pour éviter d’éternels renversements de pouvoir dans le sang. Nous pensons toujours que le sang a trop coulé dans notre pays et qu’il était important que le régime rwandais comprenne que par cette action, nous lui donnions une offre de paix et de réconciliation afin d’épargner au peuple rwandais les souffrances du passé.
Nous n’allons pas revenir sur tous les incidents qui ont marqué ce procès depuis la Haute Cour jusqu’à la Cour Suprême, incidents qui ont été relevés aussi bien par les ONG des droits de l’homme (AI, HRW,…) que par les représentations diplomatiques qui ont assisté à ce procès (les intimidations de l’accusée et de son conseil, les harcèlements de l’accusée par les émissaires un peu spéciaux, les inégalités de traitement entre l’accusation et la défense, l’utilisation rétroactive des lois, la fabrication des preuves, l’intimidation des témoins de la défense,…).
Nous ne reviendrons pas non plus sur les attaques et les lynchages orchestrés par le pouvoir, dont fut l’objet Mme Victoire Ingabire, dès son arrivée au Rwanda, attaques menées par les plus hautes autorités de l’Etat à commencer par le Président de la République et qui montraient dès le départ, la volonté du pouvoir de barrer la route à notre Présidente ainsi qu’aux FDU-Inkingi en général, pour les empêcher d’entrer dans la compétition démocratique.
Rappelons aussi, que la persécution de la Présidente des FDU-Inkingi, Mme Victoire Ingabire s’est accompagnée par celle du Secrétaire Général Intérimaire, M. Sylvain Sibomana ainsi que d’autres membres des FDU-Inkingi, notamment ceux de son staff en vue de l’isoler, de la fragiliser et de fragiliser toutes les structures du parti. Actuellement d’autres membres des FDU-Inkingi ont été condamnés et/ou attendent d’autres condamnations pour des motifs purement politiques, comme par exemple le fait de venir assister au procès de Mme Victoire Ingabire. Il s’agit notamment de M. Abayisenga Venant, M. Byukusenge Emmanuel, Mme Gasengayire Léonille, Mme Irakoze Jenny Flora, M. Nahimana Marcel, M. Hitimana Samuel, M.Tuganemungu Christian, M. Ufitamahoro Norbert, M. Uwilingiyimana Valens, M. Uwiringiyimana Vénuste, sans oublier les autres membres qui sont persécutés dans l’indifférence totale et dans le piétinement des lois pourtant établies par le régime.
Des leaders d’autres partis critiques envers le régime comme Déo Mushayidi, Bernard Ntaganda, Dr Théoneste Niyitegeka, …croupissent en prison également pour les motifs politiques.
Le régime rwandais, espère par la condamnation de la Présidente des FDU-Inkingi, Mme Victoire Ingabire, celle de son Secrétaire Général Intérimaire, M. Sylvain Sibomana, ainsi que par les procès en cours des autres membres du parti, les empêcher d’exercer leurs droits constitutionnels et décapiter notre parti, d’après les lois qu’il a taillées sur mesure en vue de cadenasser l’espace politique. Nous réaffirmons le leadership de notre Présidente et de notre Secrétaire général Intérimaire, car, leur combat, juste et légitime, est aussi le nôtre. Emprisonnée ou pas, Madame Victoire Ingabire continuera d’être le phare qui nous guidera jusqu’à la victoire démocratique totale.
Nous l’avions dit dès le départ, ce procès est de nature politique. Nous avions voulu néanmoins donner une chance à la justice rwandaise pour qu’elle prouve si elle est réellement indépendante du pouvoir politique. Le verdict d’aujourd’hui et ceux qui l’ont précédé, prouvent de façon définitive que nous sommes en face d’un conflit politique qui nécessite une solution politique.
C’est pourquoi, nous redemandons de façon solennelle des négociations directes avec le pouvoir rwandais afin de trouver des solutions appropriées et durables face aux problèmes de démocratie, de gouvernance, de justice, de réconciliation,…pour éviter un nouvel hécatombe au peuple rwandais et lui permettre de vivre ensemble entre toutes ses composantes, dans le respect mutuel et en garantissant les droits et libertés de tout un chacun.
Nous condamnons tous ces actes indignes d’un Etat respectueux et en appelons à la Communauté internationale, aux bailleurs de fonds du Rwanda, aux pays amis du Rwanda, aux pays de la sous région des Grands Lacs africains, aux Nations Unies, à l’UE et à toutes les personnes épris de paix et de démocratie afin d’user de leur influence pour exiger au régime rwandais de libérer Mme Victoire Ingabire et tous les autres prisonniers politiques et d’accepter le jeu démocratique en laissant fonctionner librement tous les partis politiques dans le respect de la Constitution.
Au régime rwandais, nous lançons un nouvel appel afin qu’il se ressaisisse et revienne à la raison.
Je vous remercie de votre attention.
De la même série:

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home