Sunday, May 27, 2012

Rwanda's Paul Kagame: The Darling Dictator of the Day


Most opposition political parties were barred from registering for Rwanda's 2010 presidential election, in which Paul Kagame won 93 percent of the vote.

By MARC SOMMERS
The New York Times

May 27, 2012

Paul Kagame du Rwanda est habitué aux accolades. Le 12 mai, il a reçu encore un autre diplôme honorifique, cette fois-ci de William Penn University à Oskaloosa, Iowa. Célébrer Kagame est en vogue car il est crédité d’etre responsable d'une remarquable reprise économique après la guerre et le génocide au cœur de l'Afrique.

Il ya certainement eu des réalisations palpables au Rwanda de Kagame. La croissance économique a été l'escalade (la croissance du PIB pour 2011 était de plus de 8 pour cent) alors que l'investissement privé est un élément vedette de cette croissance (Costco et Starbucks achètent maintenant environ un quart de la récolte du cafér wandais haut de gamme).

En fait, la Banque mondiale classe le Rwanda comme le huitième lieu où démarrer une nouvelle enterprise est le plus facile. Le gouvernement est réputé de réduire la corruption, d’expandre la sécurité, de traiter les crimes de génocide et de promouvoire les droits des femmes.

Pourtant, alors que Kagame n'est pas Idi Amin ou Charles G. Taylor, il ne mérite pas sa réputation comme un modernisateur visionnaire. La raison est simple: son état est assujetti de terreur.

Il ne fait aucun doute qui est en charge au Rwanda. Présence imposante du gouvernement dans la vie des Rwandais est agressive maintenu par Kagame et une clique d'autres anciens réfugiés tutsis en provenance d'Ouganda. En effet, selon le U.C.L.A. sociologue Andreas Wimmer, le Rwanda a le troisième plus haut niveau de l'exclusion politique dans le monde (derrière le Soudan et la Syrie).

Gouvernement de Paul Kagame a affirmé son pouvoir dans la période qui a précédé les élections présidentielles de 2010, lorsque les autorités ont empêché la plupart des partis politiques d'opposition de s'inscrire pour les élections, a fermé de nombreux journaux indépendants, et a été témoin de la fuite en exil de plusieurs responsables gouvernementaux de premier plan qui ont dit qu'ils «craignaient pour leur vie. "

Il y avait aussi trois suspects pré-électorales fusillades. Un des fonctionnaires exilés, ancien chef de cabinet de Kagame, Faustin Kayumba Nyamwasa, a été abattu dans l'estomac en Afrique du Sud après avoir ouvertement critiqué le gouvernement rwandais. Un journaliste rwandais, Jean Léonard Rugambage, a été tué peu de temps après son article, qui a souligné la complicité du gouvernement, a été publié. Le chef adjoint du Parti Vert, qui a été parmi ceux qui sont incapables de s'inscrire, a été retrouvé mort, mais pas seulement avec sa tête coupée en partie.

Kagame a recueilli 93 pour cent du vote. Peu de temps après l'élection, une recherche exhaustive des Nations Unies «cartographie» du rapport a conduit les vétérans du Rwanda experts Filip Reyntjens à l'état qu '«il ya des preuves accablantes de la responsabilité pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité" contre Kagame. Un expert étranger (qui a demandé de ne pas être nommé) ont également signalé la disparition d'un «grand nombre» des membres rwandais de la société civile en 2007.

Nulle part la nature brutale et destructrice du gouvernement plus apparente que dans son approche de la jeunesse de Paul Kagame. Au Rwanda, traditionnellement, aucun jeune homme ne peut être reconnu comme un adulte, jusqu'à ce qu'il se fonde d'abord une maison et puis se marie. Mais ma recherche en détail comment la réglementation gouvernementale, il est pratiquement impossible pour les jeunes Rwandais à terminer leurs maisons.

Ce n'est pas seulement que les agriculteurs de forçage dans les villages de l'Etat a constamment échoué dans la région (notamment l'Éthiopie, la Tanzanie et le Mozambique). Un responsable du gouvernement a également expliqué que, bien que la plupart des hommes jeunes sont capables de construire un logement composé de "une chambre simple,« au minimum, le gouvernement de la dimension requise est de six fois sa taille. Le résultat est un tapis roulant vers l'humiliation publique.

Le spectre de masses d'hommes ont échoué n'est pas petit souci: avec un âge médian de 19 ans, le Rwanda a l'une des populations les plus jeunes dans le monde.

La situation alarmante que le gouvernement de Kagame a créé se résume à ceci: Bien que les responsables gouvernementaux sont censés mettre en œuvre des politiques qui ne peuvent être promulguées et la dissidence est hors de question, les gens sont contraints de suivre une tempête de neige de la réglementation. Faute d'options, les Rwandais deviennent désespérés transgresseurs de la loi, la construction de maisons illégales que les autorités démolir et à des amendes endurant et le harcèlement par la vente de marchandises dans les rues.

La réponse du gouvernement est de faire pression encore davantage les gens. Comme Kagame a expliqué au journaliste Stephen Kinzer, «Nous devons travailler sur les esprits de nos gens. Nous devons les amener à un niveau où le travail le respect des gens et de travailler dur, qui n'a pas été le cas dans le passé. Vous devez pousser et pousser. "

Mon étude a montré l'inverse: la plupart des Rwandais sont coincés dans des circonstances difficiles et souvent humiliante, qui ont largement règlements gouvernementaux créés. Mi-hauts fonctionnaires rwandais a confirmé toutes les conclusions majeur.

La vision d'une radieuse Rwanda n'est possible que si l'on partage les oeillères que son gouvernement avec tant de confiance porte. Le gouvernement de Paul Kagame se vante de nombreuses excellentes idées. Mais sous la splendide réussite sont inquiétantes réalités qui sont systématiquement contenus. Au moins pour l'instant, les progrès du Rwanda est dangereusement inégale et donc dépendante des niveaux extrêmes de contrôle social et politique que son avenir est menaçant.

Malgré sa promesse, le Rwanda est un pays à l'isolement. Desserrant les rênes de l'autocrate et aider sa nation d'éviter une nouvelle explosion violente est un message que seuls les partisans internationaux du Rwanda peut fournir au Président Kagame. Les gouvernements étrangers et les particuliers doivent faire pression pour assouplir ou supprimer les restrictions sur la presse, la politique, la société civile, le logement, la vente ambulante et bien plus encore. Plaidoyer contre la coercition de l'État est beaucoup trop dangereux pour Rwandais eux-mêmes à entreprendre.

Marc Sommers est un garçon à la Woodrow Wilson International Center for Scholars et l'auteur de "Stuck:. Jeunesse rwandais et la lutte pour l'âge adulte"

Une version de cette op-ed est apparu dans les kiosques le 28 mai 2012, dans The International Herald Tribune.
===
OP-ED CONTRIBUTOR
The Darling Dictator of the Day
By MARC SOMMERS
Published: May 27, 2012

Rwanda’s Paul Kagame is accustomed to accolades. On May 12, he received yet another honorary degree, this time from William Penn University in Oskaloosa, Iowa. Celebrating Kagame is in vogue because he is credited with leading a remarkable recovery from war and genocide in the heart of Africa.

There certainly have been achievements in Kagame’s Rwanda. Economic growth has been climbing (G.D.P. growth for 2011 was more than 8 percent) and private investment is a featured component of that growth (Costco and Starbucks now buy about a quarter of Rwanda’s premium coffee crop).

In fact, the World Bank ranks Rwanda as the eighth easiest place to start a new business. The government is renowned for reducing corruption, expanding security, addressing genocidal crimes and increasing women’s rights.

Yet while Kagame is no Idi Amin or Charles G. Taylor, he does not merit his reputation as a visionary modernizer. The reason is simple: his state is all about force.

There’s no question who’s in charge in Rwanda. The government’s commanding presence in Rwandan lives is aggressively maintained by Kagame and a clique of other former Tutsi refugees from Uganda. Indeed, according to the U.C.L.A. sociologist Andreas Wimmer, Rwanda has the third-highest level of political exclusion in the world (behind Sudan and Syria).

Kagame’s government asserted its power in the run-up to the 2010 presidential elections, when authorities barred most opposition political parties from registering for elections, closed down many independent newspapers, and witnessed the flight into exile of several prominent government officials who said they “feared for their lives.”

There were also three suspicious pre-election shootings. One of the exiled officials, Kagame’s former chief of staff, Faustin Kayumba Nyamwasa, was shot in the stomach in South Africa after openly criticizing the Rwandan government. A Rwandan journalist, Jean Léonard Rugambage, was killed shortly after his article, which pointed to government complicity, was published. The deputy leader of the Green Party, which was among those unable to register, was found not only dead but with his head partly severed.

Kagame garnered 93 percent of the vote. Soon after the election, an exhaustively researched United Nations “mapping exercise” report led the veteran Rwanda expert Filip Reyntjens to state that “there is overwhelming evidence of responsibility for war crimes and crimes against humanity” against Kagame. A foreign expert (who asked not to be named) also reported the disappearance of “a large number” of Rwandan civil society members in 2007.

Nowhere is the heavy-handed and destructive nature of Kagame’s government more apparent than in its approach to youth. In Rwanda, traditionally no young man can be recognized as an adult until he first builds a house and then marries. But my research detailed how government regulations make it virtually impossible for young Rwandans to complete their houses.

It is not just that forcing farmers into state villages has consistently failed across the region (notably Ethiopia, Tanzania and Mozambique). A government official also explained that, although most young men are able to construct a dwelling consisting of “one simple room,” the government’s minimum required dimension is six times that size. The result is a treadmill toward public humiliation.

The specter of masses of failed men is no small concern: with a median age of 19, Rwanda has one of the youngest populations in the world.

The alarming situation that Kagame’s government has created boils down to this: While government officials are expected to implement policies that cannot be enacted and dissent is out of the question, people are being forced to follow a blizzard of regulations. Lacking options, desperate Rwandans become lawbreakers, building illegal houses that the authorities tear down and enduring fines and harassment by selling wares in the streets.

The government’s response is to pressure people even more. As Kagame explained to the journalist Stephen Kinzer, “We have to work on the minds of our people. We have to take them to a level where people respect work and work hard, which has not been the case in the past. You have to push and push.”

My research found the reverse: most Rwandans are stuck in difficult and frequently humiliating circumstances, which government regulations have largely created. Mid-level Rwandan officials confirmed every major finding.

Envisioning a radiant Rwanda is only possible if one shares the blinders that its government so confidently wears. The government of Paul Kagame boasts many excellent ideas. But underneath the splendid success are disturbing realities that are systematically contained. At least for now, Rwanda’s progress is dangerously uneven and so reliant on extreme levels of social and political control that its future is foreboding.

Despite its promise, Rwanda is a country in lockdown. Loosening the autocrat’s reins and helping his nation avoid another violent explosion is a message that only Rwanda’s international supporters can deliver to President Kagame. Foreign governments and individuals alike must push for easing or removing restrictions on the press, politics, civil society, housing, street vending and much more. Advocating against state coercion is far too dangerous for Rwandans themselves to undertake.

Marc Sommers is a fellow at the Woodrow Wilson International Center for Scholars and the author of “Stuck: Rwandan Youth and the Struggle for Adulthood.”

A version of this op-ed appeared in print on May 28, 2012, in The International Herald Tribune

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home