Saturday, November 17, 2012

RWANDA : LE MENSONGE EN HABIT DE SOCIETE

A quoi servent les menteurs ?
Les syndicats de délateurs constituent une armée de 
« menteurs professionnels » pour rentabiliser le génocide.

Les délateurs sont au service d’un régime tueur, menteur et pillard qui exploite la souffrance des victimes du génocide rwandais comme une véritable « industrie du génocide ». Une industrie très rentable pour le FPR et ses sponsors.

Sous le Régime du président Habyalimana, la justice rwandaise n'a jamais été indépendante et neutre, mais les délateurs de cette époque étaient essentiellement très peu nombreux et souvent c’étaient quelques responsables administratifs et judiciaires inféodés au régime en place. Aujourd'hui sous le nouveau régime mis en place par le Front Patriotique Rwandais, des veufs, des orphelins, des militaires, des encadreurs politiques, des miliciens tutsi et des simples citoyens ont été sensibilisés (pour certains rescapés Tutsis), forcés (pour des rescapés Hutu), encouragés et sollicités pour se constituer en "associations ou syndicats de délateurs".

Ces "Syndicats de délateurs" sont couramment utilisés dans la constitution de faux témoignages et faux dossiers pour:

- permettre à l'Armée Patriotique Rwandaise (APR) et sa branche de renseignements militaires "Department of Military Intelligence (DMI) à sévir contre tous les hutus en général.

- faciliter et favoriser les arrestations et détentions arbitraires. Chaque militaire ou milicien tutsi (puisque le Front Patriotique Rwandais en a créé aussi) est autorisé à arrêter et faire incarcérer des gens sans même les interroger ou les informer des motifs de leur arrestation. Les magistrats des Parquets n'ont aucun pouvoir de s'opposer à ces pratiques maffieux de l'APR, des encadreurs politiques et miliciens du FPR présents et puissants dans les villes et les villages.

- permettre et faciliter la confiscation ou l'occupation illégale des biens appartenant aux personnes arrêtées injustement.
- intimider et éliminer des éventuels et futurs opposants au nouveau régime "pro-tutsi".

Ce climat de délation, encouragé et entretenu par les détenteurs du "pouvoir occulte", est responsable de la terreur qui s'exerce aux membres du Gouvernement, du Parlement et de la Magistrature sans "pouvoir réel". Toutes les "Institutions officielles de l'Etat Rwandais” actuel (sauf l'APR) ne jouissent d'aucune autorité et souveraineté. Elles restent noyautés, contrôlés et paralysés par un petit noyau d’extrémistes tutsi. Ce sont en fait des Institutions de façade. Les hutus de service qui y occupent des postes importants sont victimes d’un chantage permanent sous forme de fausses accusations aussi farfelues les unes que les autres. Ex : Bizimungu Pasteur, Mukezamfura Alfred, Rwigema Célestin , Gakwaya Rwaka Théobald, Sheik Fasil Abdul Harelimana, SEBARENZI Joseph, Gatsinzi Marcel.

Le "pouvoir réel" est exercé par un tout petit "noyau de chefs  militaires et hommes d'affaires" extrémistes qui n'ont qu'un seul objectif: garder le pouvoir et accéder à l'avoir.


Joseph Matata
Coordinateur du Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda 

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home