Sunday, January 5, 2014

La Aung San Suu Kyi Rwandaise a besoin de protection et soutien


Par Frank Samvura
Gicumbi District
Northern Province
Rwanda
Le 27 Décembre 2013

Dans sa dépêche du 23 Décembre 2013, l’Agence France Presse nous parle d’une formation militaire qu’aurait reçue le futur libérateur du peuple Sud-Africain au début des années 60. Nelson Mandela aurait été entraîné en Ethiopie au judo,sabotage et maniement des armes par les agents des services de renseignementsIsraéliens, le Mossad. La publication de cette information seulement quelque jours après que les dirigeants de l’Etat Hébreux aient snobés la cérémonie de commémoration de la vie du leader anti-apartheid à Johannesburg ne peut en aucun cas être fortuite. Ça serait peut-être une façon de nous dire “même si nous avions une relation un peu embarrassante avec le régime ségrégationniste, nous avions tout de même contribué à la formation politico-militaire du Père-fondateur de la National Arc-en-Ciel ».  L’avenir nous réserve toujours des surprises. Ça ne m’étonnerait pas si un jour le MI-6 ou la CIA venaient de publier une information similaire.

Au cours de ces vingt dernières années, j’ai toujours été intrigué par la façon selon laquelle certains des pires dirigeants qu’ait connus ce monde essaient de s’identifier à l’image et la stature de Nelson Mandela. Les autres n’ont même pas honte de faire une récupération politique de son succès, après l’avoir ignoré pendant presque trois décennies lorsqu’il croupissait derrière les barreaux du régime de l’apartheid. Le comportement des Américains envers Mandela et l’ANC en est un bon exemple de l’histoire. Si ça n’avait pas été grâce à la ténacité de l’ex-Sénateur et actuel Secrétaire d’Etat, John Kerry et à la mobilisation des amis Hollywoodiens, Nelson Mandela et ses compagnons de lutte seraient toujours sur la liste noire américaine « des terroristes à abattre ».  Aujourd’hui, les médias et hommes politiques veulent nous faire croire que les Etats-Unis sont et ont toujours été les meilleurs amis de Nelson Mandela ! Or, vers la fin des années 80, l’Archevêque Desmond Tutu qualifiait les relations privilégiées qui existaient entre les Etats-Unis et le régime d’apartheid de « sacrilège », immoral, anti-chrétien et honteux. J’ai toujours été étonné par les erreurs diplomatiques de l’Oncle Sam durant la guerre froide, malgré ses avances technologiques inégalées. Et pourtant, ce n’était ni l’information ni les réseaux qui leur manquaient.

Néanmoins, les Américains et autres défenseurs de la démocratie ont réussis à peser de tout leur poids pour protéger la Chef de l’opposition Birmane, Aung San Suu Kyi. Aujourd’hui, une autre Aung San Suu Kyi a besoin de protection et soutien. Mme Victoire Ingabire Umuhoza se trouve derrière les barreaux, juste pour avoir avancé des idéaux démocratiques. Comme Dawn Aung San Suu Kyi, Madame Victoire Ingabire Umuhoza est prisonnière d’une dictature militariste, déterminée à faire taire toute opposition démocratique.

Il est temps pour tout individu, toute institution et toute nation de faire son choix au lieu de tenter une quelconque récupération politique à la fin d’un long périlleux processus comme les Israéliens qui veulent nous faire croire qu’ils ont formé Nelson Mandela alors qu’ils soutenaient massivement le régime qu’il combattait. La Tanzanie, leader incontestable des pays de la ligne de front, peut se vanter aujourd’hui d’avoir participé activement à la libération de l’Afrique Australe toute entière. Qui se vantera demain d’avoir participé à la libération de Mme Victoire Ingabire Umuhoza et par conséquent à la libération du Rwanda ? A l’instar de la Birmanie d’Aung San Suu Kyi, la communauté internationale, avec les Etats-Unis en tête, a l’opportunité de faire les choses correctement au Rwanda, au lieu de tenter une récupération politique à la Mandela. La libération du Rwanda des mains du Führer des Grand Lacs Africains demande courage et soutien, tant moral que matériel. Le monde entier doit prendre ses distances avec lui et son régime. Nous lançons un appel solennel à tout homme et toute femme de bonne volonté, et surtout aux nations amies du Rwanda de nous venir en aide. C’est le moment de se vanter publiquement de soutenir une prisonnière politique, pas après la Victoire.

Longue vie à Madame Victoire Ingabire Umuhoza !

Vive la République du Rwanda !

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home